Bien dormir, un r�ve ?

April 2018 · 8 minute read

Insomnie du petit matin, difficult�s � s�endormir, r�veils fr�quents� Les pannes de sommeil finissent par devenir obs�dantes. En dehors des somnif�res, il existe quelques moyens de r�apprendre � bien dormir.
Selon un sondage Louis-Harris, un Fran�ais sur cinq � soit 20 % de la population � souffre de probl�mes de sommeil. Et 70 % des personnes concern�es ne savent comment en venir � bout.
Premier constat : les probl�mes de sommeil sont l�apanage de l�humain � les animaux n�en sont pas afflig�s � et ils sont d�abord de nature biologique ! Notre cerveau abrite des zones capables de retarder le sommeil et de nous maintenir actifs. comment retrouver le sommeil , fort utile en cas de danger ou de t�che urgente, se retourne parfois contre nous en nous emp�chant de sombrer dans les bras de Morph�e m�me en l�absence de n�cessit�. Un environnement trop stressant ou, � l�inverse, la perspective trop excitante d�un lendemain riche en �v�nements suffisent � provoquer une veille non d�sir�e !

De plus, notre sommeil est r�gul� par une horloge biologique qui r�git l�alternance entre la veille et le sommeil. Et, comme n�importe quelle montre, elle � est susceptible de se d�synchroniser, de retarder, de �marquer� 20 h 30 dans notre cerveau alors qu�en r�alit� il est minuit �, explique, dans Avoir un bon sommeil (Odile Jacob),William Dement, professeur � l�universit� de Stanford (Californie) et autorit� mondiale en mati�re de troubles du sommeil. Les cons�quences de ce d�calage : des difficult�s � nous endormir. Chez certains, il peut prendre une ampleur telle qu�ils ne pourront s�assoupir qu�� l�heure o� les autres font sonner leur r�veil pour aller travailler. En pareil cas, mieux vaut �tre dot� d�une �me et de d�sirs de noctambule�

Difficult� suppl�mentaire : le sommeil le plus normal est ponctu� de micror�veils. Et notre cerveau qui, lui, ne dort jamais, nous incite parfois, sans que l�on comprenne pourquoi, � les estimer plus longs qu�ils ne le sont. D�o� ces matins p�nibles o� nous nous r�veillons �puis�s, avec la sensation fausse, mais n�anmoins douloureuse, de n�avoir pas ferm� l��il.
Proches de ces d�sagr�ments physiologiques, nous devons compter avec les pannes psy : les nuits blanches, les heures d�insomnie o�, stress�s, nous ne cessons de nous agiter dans notre lit. Qui peut se vanter : � L�insomnie ? Connais pas ! � Personne, malheureusement. L�universalit� du probl�me ne le rend pas pour autant facilement compr�hensible. Les sp�cialistes � psychiatres, m�decins � l�admettent : les insomnies sont si diff�rentes les unes des autres qu�il est impossible de toutes les expliquer� Aujourd�hui, ils n�ont aucune d�finition scientifique de ce qui n�est d�ailleurs pas consid�r� comme une maladie, mais comme un trouble intime, que seule la personne qui s�en plaint peut �valuer. L�insomnie est surtout un sentiment : celui que notre sommeil ne nous satisfait pas et qu�il n�est pas suffisamment r�parateur.

Une �tude r�alis�e en 1997 par le professeur Maurice Ohayon, psychiatre au centre de recherches Philippe-Pinel, � Montr�al, sur 12 000 dormeurs en France, en Grande-Bretagne et au Qu�bec, va dans ce sens. Elle prouve qu�une personne peut �tre parfaitement satisfaite de son sommeil et en pleine forme dans la journ�e, alors qu�elle ne dort que cinq heures par nuit et se r�veille souvent. On parle dans ce cas de “courts dormeurs”.

A chaque insomniaque son insomnie
Au pays des pannes de sommeil, le pluriel est donc de rigueur : des insomnies et des insomniaques. Patrick L�vy, pr�sident de l�Institut du sommeil et de la vigilance, insiste sur cette difficult� : l�insomnie est toujours une affaire personnelle. � Chaque personne se fabrique et vit son insomnie selon sa propre histoire. � Il reste n�anmoins possible d�envisager trois grandes cat�gories de pannes : l�insomnie d�endormissement, celle du petit matin et les r�veils trop fr�quents.

=> Pour Sophie, l�endormissement se fait attendre pendant des heures : � D�s que je me sens fatigu�e, je me couche et, aussit�t, je n�ai plus sommeil. Progressivement, je m��nerve, et tous les soucis de la journ�e me reviennent � l�esprit. C�est insupportable. �

=> Pour Jacques, le probl�me surgit chaque matin � l�aube : � Impossible de dormir apr�s 4 h 30. Je ne sais pas ce qui m�arrive. Le pire est que je suis trop mal pour lire, travailler� Des id�es noires m�assaillent. Finalement, je me l�ve �puis�, de mauvaise humeur et pas tr�s motiv�. Cela entra�ne des difficult�s avec mon entourage, je deviens de plus en plus irritable et intol�rant. �

=> Les nuits d�Alexandre sont, elles, ponctu�es de r�veils multiples : � Je suis fatigu�, d�prim�, anxieux en permanence. Et mon agitation nocturne emp�chait tellement de dormir mon amie qu�elle a fini par me quitter. �

Une m�me personne peut faire l�exp�rience de ces trois cat�gories d�insomnie, � diff�rents moments de sa vie, selon les �v�nements qu�elle traverse.L�insomnie d�endormissement survient g�n�ralement lorsque nous sommes submerg�s par les soucis. Permanente, elle est le signe d�un temp�rament hyperanxieux. Bon nombre de personnes qui s�endorment difficilement sont d�ailleurs soulag�es par des doses minimes d�anxiolytiques. Une psychoth�rapie ne gu�rira pas d�embl�e leur insomnie. En revanche, elle aura pour effet de moduler leurs angoisses.
D�o�, dans la plupart des cas, un retour progressif � un sommeil plus agr�able. L�insomnie qui s�empare de nous r�guli�rement au petit matin est souvent le signe d�une d�pression latente. � Pour la traiter, il convient au pr�alable de soigner la d�pression �, explique Sylvie Royant-Parola, psychiatre sp�cialis�e dans les pathologies du sommeil. Entre d�pression, insomnie et sommeil existent de myst�rieux mais incontestables liens.

Un stress, un choc, un deuil d�clenchent tr�s normalement des probl�mes de sommeil. Qui disparaissent au bout d�un certain temps. Mais ce n�est pas toujours le cas. Appara�t alors une insomnie “psychophysiologique”. Les personnes qui en souffrent se plaignent d�une forte anxi�t� qui les tient �veill�es. Au point que dormir devient un d�fi, une obsession qui, � son tour, fera obstacle au sommeil.
Les insomnies sont souvent le sympt�me de probl�matiques enfouies dans l�inconscient. C�est presque toujours le cas pour celles qui produisent des r�veils multiples, sans cause apparente. Ca l�est aussi pour ce type particulier de panne induite par une �nigmatique angoisse de se laisser aller au sommeil, de se perdre en lui, de devenir fou, qui nous fait craindre le moment du coucher. Une peur famili�re � Baudelaire : � J�ai peur du sommeil comme on a peur d�un grand trou tout plein de vagues horreurs venant d�on ne sait o� �, avouait-il. Agn�s Brion, psychiatre au Centre du sommeil � la Piti�-Salp�tri�re, attribue cette panique � l�action des pulsions de mort qui, selon la th�orie freudienne, m�nent dans l�inconscient un incessant combat contre la pulsion de vie�

Si les pannes de l��ge adulte sont souvent dues au stress, aux difficult�s existentielles, l�insomnie acquise d�s l�enfance est, selon Sylvie Royant-Parola, souvent li�e � une angoisse de s�paration. Anxieuse, la m�re craint qu�il n�arrive quelque chose � son enfant durant son sommeil. Par une sorte de loyaut� inconsciente, il r�pondra en ne dormant pas ou en se r�veillant souvent. Avec le temps, le souvenir de l�anxi�t� maternelle quitte la conscience. L�insomnie, elle, demeure.

Il existe �galement une sorte de transmission de l�insomnie des parents aux enfants. � Tout enfant conna�t, tr�s normalement, des interruptions de sommeil. Cependant, le parent insomniaque tend � r�agir en fonction de son propre rapport � l�endormissement, souligne Sylvie Royant-Parola. Il dit � l�enfant : �Tu es insomniaque, comme moi. Je vais te donner une tisane.� Il le fait ainsi p�n�trer dans l�univers de l�insomnie. L�enfant se persuade que sans une aide ext�rieure, pas de sommeil.

lutter contre les insomnies rem�des pour bien dormir
Bien que l�on continue � pr�coniser la psychoth�rapie, on propose aussi aujourd�hui des techniques qui apaisent, comme la relaxation ou le yoga, et parfois des th�rapies comportementales qui restituent un meilleur rapport au sommeil.

� A force de nuits blanches, ��tre au lit� finit par signifier, pour les insomniaques, �ne pas dormir�, pr�cise Sylvie Royant-Parola. comment ne plus avoir d’insomnie faut-il recr�er le signal ��tre au lit� �gale �dormir�. En s�obligeant � se lever, � quitter la chambre, quelle que soit l�heure de la nuit, si l�on ne parvient pas � s�assoupir. On ne doit se glisser entre les draps que lorsque l�on se sent sombrer ! � En cas de souffrance trop importante, le recours ponctuel aux somnif�res ne doit pas faire peur. � Mais en s�abstenant d�en prendre chaque soir. Pas seulement pour �viter la d�pendance, mais surtout parce qu�apr�s un certain temps de prise quotidienne, le m�dicament finit par ne plus avoir d�effet �, insiste Sylvie Royant-Parola.

D�une fa�on g�n�rale, le sommeil se pr�pare. D�ailleurs, la plupart d�entre nous ont leur petit rituel du coucher : fumer une derni�re cigarette, boire un verre d�eau, une boisson chaude, se raconter une petite histoire, prier� Des gestes qui rassurent et nous renvoient � l��poque o� nous nous endormions apr�s un c�lin de maman, une peluche dans les bras. Ces rituels sont l��quivalent symbolique des “objets transitionnels” (doudous, t�tines, mouchoirs), qui, enfants, nous reliaient � notre m�re et nous permettaient de rester en contact avec elle, m�me en son absence. In�vitablement, le sommeil s�alt�re avec les ann�es. Nous commen�ons � moins bien dormir � partir de la quarantaine : notre sommeil devient plus l�ger, plus hach�. Selon les estimations de William Dement, le besoin de dormir diminue de une demi-heure � une heure tout au long de l��ge adulte.

Avoir un sommeil parfait appartient en fait� au domaine du r�ve. D�autant plus que, paradoxalement, cette activit� quotidienne fait encore figure d�inconnue. Les m�decins et les psychiatres commencent tout juste � pouvoir b�n�ficier de formations aux “sciences du sommeil”. Nous avons encore de longues nuits blanches devant nous. Heureusement, la vie elle-m�me est parfois th�rapeutique. Un changement d�environnement, de cadre de vie, une rencontre amoureuse suffisent souvent � �radiquer l�insomnie la plus rebelle.